Réglage fin de l'autofocus

  Tous les ensembles appareils-objectifs peuvent présenter des décalages de mise au point autofocus appelés front focus ou back focus (mise au point en avant ou en arrière du sujet). Avec les Nikon D300 /D3/D700/D7000/D7100/D800/D600..., il est possible de régler finement le calage de l’AF pour chaque objectif.

 

Intérêt

 

  La fiabilité et précision du système de mesure autofocus est liée à la précision du calage du module AF de l'appareil, du miroir de renvoi, et à la fiabilité de l’exécution de l’ordre de correction du calculateur, par l’objectif monté. Chaque optique apporte aussi son lot de petites variations (tolérances mécaniques de fabrication) par rapport à la précision absolue.

  Les principes de la mesure AF n'ayant pas changé depuis des lustres, les décalages existaient déjà dès les débuts mais ils sont devenus plus visibles dans les images avec la montée en résolution des capteurs et l'augmentation de la taille d'affichage des images à l'ordinateur qu'elle implique.

  Avec les appareils de 8/10 Mpix on observait des images de 1m de base à 30cm de l'écran, avec un 36 Mpix c'est une image de près de 2 m de base que l'on scrute à la même distance!

C'est cet effet loupe qui explique la présence et l'intérêt du réglage fin de l'AF dans les appareils récents. Il est bien sûr possible à tout moment d'annuler un réglage de l'AF il n'y a donc aucun risque à procéder à ce réglage, la seule chose importante est de procéder avec méthode pour que le réglage soit pertinent.

 

Notes importantes

 

  Il ne faut pas oublier qu'un appareil qui aurait un décalage de -4 par rapport au réglage parfait, par exemple, pourra donner un résultat parfait s'il est utilisé avec un objectif qui lui nécessiterait +4 par rapport au réglage parfait... Il y a compensation par le décalage symétrique des deux éléments. Ce qui peut laisser croire que chacun des éléments est parfait, et si on achète un nouvel objectif, ce dernier peut alors sembler nécessiter un réglage alors qu'il est lui même peut être parfait...

  On imagine alors le nombre de cas possible de bons ou mauvais résultats selon boîtier et optique utilisés, et l'effet d'un calage parfait en SAV d'un objectif seul, d'un appareil seul ou d'un ensemble boîtier objectif...Dans ces trois cas que vont donner les autres objectifs possédés qui ne posaient pas de problèmes avant réglage? On doit donc aborder ces cas avec calme et méthode pour éviter d 'accuser trop vite un élément ou le SAV...

  Si on possède seulement un appareil équipé d'un zoom, que l'on compte en rester là dans son équipement, et que l'on constate un décalage raisonnable de mise au point avec cet ensemble, on peut fort bien appliquer un réglage sur son appareil avec l'une des méthodes indiquées plus bas.

  Si on possède plusieurs objectifs qui semblent poser problème (décalages importants pour des objectifs modernes), il serait plus sage de faire d'abord vérifier son appareil seul en SAV afin de disposer d'une base sûre, après quoi on pourra déceler le ou les objectifs qui posent réellement problème dans son parc optique et agir ou pas en conséquence. Sachant qu'un objectif moderne (AFS) présentant un décalage de plus de 8 points méritera un retour atelier à mon sens. (sauf objectif ancien ou longue focale).

 

Visibilité d'un décalage AF dans l'image

 

Un décalage n'a pas toujours le même impact dans l'image. Un décalage donne son plein effet à courte distance et à grande ouverture et aux longues focales bien sûr, car dans ce cas la profondeur de champ (PDC) est inexistante. Le décalage AF sur un grand angle a un effet visible sur le placement de la PDC mais pas vraiment sur la netteté pure du sujet lui même. (sauf décalage énorme bien sûr).

 

  Autre phénomène, un décalage identique sur un D700 ou un D800 sera beaucoup plus visible dans l'image du D800, (c'est bien sur le même principe avec un aps-c de 24Mpix comme le D7100 par rapport à un D300). En effet cela découle du même principe que la perception de la profondeur de champ:

  La profondeur de champ perçue est liée à la limite de résolution de la vision humaine, donc à la taille des images et à la distance d'observation. L'image du D800 étant affichée plus grande que celle du D700 à l'écran de l'ordinateur alors que la distance d'observation est identique, l'écart entre zones nettes et floues est amplifiée. Le cas sera semblable entre un D600 et un D700 mais simplement un peu moins prononcé.

 

  Cliquez sur l'image

 

 

 

Utilisation de la fonction de réglage de l'AF

 

 

 

Menu configuration / réglage précis AF


  Dans ce menu on trouve plusieurs possibilités:
Activer ou pas le réglage paramétré : ON / OFF

 

 

 

 


“Valeur enregistrée”: c’est celle correspondant à l’objectif actuellement monté. il est reconnu si c’est un objectif af (à microprocesseur/mémoire intégrés).
Donc si la fonction est activée (ON) l’appareil appliquera la correction affichée correspondant à l’objectif monté.

 

"Par défaut": si l'on applique une correction dans cette partie elle sera appliquée uniquement à tous les objectifs n'ayant pas de correction dans "valeur enregistrée"

“Liste des valeurs enregistrées”: c’est le nombre d’objectifs différents mémorisés (12 et plus selon modèle d'appareil).

 

 

 

 

Tests de vérification du calage d'une optique

 

Mise à jour du 05/01/17

 

 

Limites du réglage

 

  Appareil sur trépied, sujet fixe et parfaitement plat, il suffit de réaliser une dizaine d'images, en déréglant la mise au point (MaP) entre les vues, pour s'apercevoir que souvent la MaP varie légèrement autour du point initial...et ceci est aussi vrai en mode LV sauf que dans ce mode ce n'est plus lié au module AF.

  C'est la démonstration de la performance en répétitivité des systèmes AF de l'appareil. (capacité à donner le même résultat pour des mesures successives sur le même sujet) liée aussi aux jeux mécaniques des éléments mobiles de l'optique.

 

  On peut déjà déduire de ceci que la précision du réglage (quelle que soit la méthode utilisée) ne peut être supérieure à la précision/répétitivité du système "électro-optico-mécanique" de l'appareil! Donc même parfaitement réglé un système AF (en l'état actuel de la technologie) présentera toujours de petites fluctuations entre plusieurs mesures successives sur le même sujet.

 

 

 

Remarques importantes

 

- Les systèmes de mesure AF semblent assez sensibles à la couleur de l'illuminant c'est à dire à la lumière ambiante. Vous pourrez constater éventuellement des différences entre un réglage fait en lumière artificielle et en lumière du jour!

Donc, sauf usage majoritaire en lumière artificielle, il est fortement conseillé de réaliser le réglage en lumière du jour.

 

- De même la température ambiante a aussi, semble-t-il, son importance, certainement par les contraintes mécaniques (dilatation ou rétraction des matériaux) dans le module AF et dans les éléments mécaniques des objectifs. Ces paramètres ne sont peut-être que partiellement maîtrisés par les constructeurs, sans doute principalement pour des questions de coûts.

 

Cas particulier des longues focales

 

 

  Comme ces focales seront le plus souvent réglées et utilisées pour des longues distances (plus de 15m) un paramètre spécifique peut amener à des difficultés: la température et l'effet de sol. En effet lorsque le soleil frappe le sol celui-ci s’échauffe rapidement, particulièrement s'il est sombre (terre, goudron), il réchauffe alors la couche d'air qui est en contact ce qui produit un mouvement de convection, l'air chaud se dilate et s'élève. C'est le phénomène que l'on observe souvent au loin sur des routes surchauffées. Cela produit des perturbations sur la transmission des images, les objets "dansent".

 

  C'est facilement visible à plus de 20m avec des longues focales, appareil sur pied et mode LV activé, en grossissant l'image sur l'écran de l'appareil on pourra constater des fluctuations rapides de netteté dans l'image.*

  Si vous effectuez un réglage AF dans ces conditions il sera impossible d'en déduire le bon réglage car il y aura aléatoirement des images floues ou nettes dans des prises successives et sans rapport avec les corrections appliquées.

  Ceci peut apparaître comme un flou général de l'image ou comme des zones floues localisées ou même très localisées, ainsi que comme des déformations géométriques de l'image. C'est très perturbant car étant sans cesse différent sur des prises de vues successives du même sujet il est difficile d'en imaginer la cause. La méthode LV indiquée précédemment permettra seule de lever le doute.


  Donc pour le réglage des longues focales éviter les jours ensoleillés, préférer les ciels couverts mais clairs et vérifiez, en activant le LV et la loupe, que l'image n'est pas perturbée.

La seule possibilité pour confirmer un réglage dans ces conditions est de réaliser une map avec le réglage voulu puis de désactiver l'AF. Ensuite on réalise plusieurs déclenchements et on vérifie les images à 100% ce qui permettra de ne conserver que l'image la plus nette de la série qui sera alors la bonne référence car elle aura été réalisée à un moment de non perturbation. Mais ce sont des conditions qui rendent les tests très laborieux.

 

Ces perturbations, extrêmement fréquentes, sont la cause d'images plus ou moins nettes à longue distance avec des téléobjectifs sans rapport avec les performances des objectifs. En condition de prise de vue sur le terrain il peut être intéressant, pour fiabiliser les prises de vues à longue distance, de réaliser des courtes rafales à vitesse lente pour permettre de sélectionner l'image la plus nette dans chaque série.

 

* Vous pourrez visualiser ce type de perturbations en téléchargeant quelques images que j'ai réalisées à l'occasion de la vérification des micro réglages d'un 70-200+ TC1,4 au cours duquel sont apparues des zones floues ponctuelles et des déformations géométriques de l'image. Je précise que cette série d'image a été réalisée sur trépied en mode tout manuel et mise au point fixe.

Pour bien ressentir les variations la meilleure méthode est d'ouvrir les images dans un visualiseur (comme View NX2 ou NXi gratuits par exemple) qui permette de passer d'une image à l'autre rapidement et de manière fluide.

ICI

D'autre part vous pourrez aussi visualiser le phénomène en direct dans une courte vidéo que j'ai réalisée à cet effet.

Cette vidéo a été réalisée avec un D500 en filmant l'écran arrière d'un D810 équipé d'un 200-500 à 500mm. L'écran est en mode LV et la loupe est activée. Les deux appareils sont sur trépieds stables l'ensemble est pafaitement immobile.

 

Ce phénomène étant extrêmement fréquent à longue distance, quelle que soit la température ambiante, il faut donc le connaître afin de ne pas être trompé sur sa cause et de ne pas accuser l'AF ou sa propre efficacité...

Ce problème est aussi très perturbateur lors du réglage fin de l'AF. Dans ce cas je conseille de procéder à ce réglage à distance plus faible que conseillée pour ce type de focales. Ne pas dépasser 10m.

Ensuite il conviendra de vérifier que la correction est toujours pertinente à longue distance. Pour ce faire il conviendra de réaliser de nombreuses prises de vues (10) avec le réglage trouvé mais en mise au point fixe.

Ensuite on recherchera dans le lot si il y a bien au moins une image parfaitement nette (sur le sujet mis au point uniquement) qui confirmera la pertinence du réglage.

En effet, la map étant fixe, toutes les images moins nettes ne le seront qu'à cause des mouvements d'air chaud.

 

Attention: si, en hiver, vous réalisez un réglage AF de l'intérieur d'une pièce en visant vers l'extérieur à travers une fenêtre ouverte les perturbations de chaleurs seront inévitables car l'air chaud de l'intérieur sortira par la fenêtre. Il sera plus efficace dans ce cas d'aller à l'extérieur ou éventuellement de réaliser le réglage fenêtre fermée si vous disposez de fenêtres double vitrage qui possèdent des verres de bonne qualité.(À condition de viser bien perpendiculairement au verre et au centre de la vitre).

Conseil: lors de l'observation de séries de prises de vues avec le même réglage il sera plus facile de bien différencier les variations de l'AF des fluctuations atmosphériques si vous incluez dans le champ des sujet un peu en avant et en arrière du sujet visé. Dans le cas où les sujets en avant ou en arrière sont plus nets que les sujets visés il y a de fortes chances pour qu'il s'agisse de variations liées à l'AF, sinon les variations sont plutôt dues aus fluctuations atmosphériques.

 

 

Nouvelle méthode

Mise à jour du 10/01/2017

 

j'avais précédemment proposé plusieurs méthodes pour ce réglage mais je vous présente cette nouvelle procédure ultra simple, et c'est de loin la plus fiable, facile...et précise, que j'ai pu essayer.

Cette méthode originale a été présentée dans une Vidéo en anglais sous le titre "DOT Tune".

Je l'ai adaptée ici.

 


Préparation

 

  Très important (pour ceux qui avaient déjà utilisé cette méthode) j'ai modifié le point 3 de la procédure ci-dessous qui facilite considérablement le réglage.

 

1/ Placez l'appareil sur trépied et système VR désactivé.

2/ Utilisez le mode AF-S mode capteur central (S)

3/ Configurez l'activation de l'AF par le bouton AF-ON seulement*

4/ Objectif à Pleine Ouverture

5/ Utilisez une mire plane composée d'un journal quotidien (car papier mat) que l'on fixe sur un mur et on centre la visée sur une partie comportant une bonne diversité de tailles de caractères.

6/ Veillez à bien éclairer la mire en lumière du jour pour une mesure AF la plus sûre possible. Ce point est capital.

  La distance à respecter entre l'appareil et la mire est liée à la focale de l'objectif. On peut se baser sur 20 fois la focale, soit 2m pour un 100mm par exemple.

 

Remarque: 20 fois la focale est bien sûr un ordre de grandeur qui convient pour des focales entre 85 et 200mm. Donc il est évident que lorsque l'on teste des focales courtes ou très courtes il vaut mieux rester à une distance raisonnable, 2m par exemple, et adapter la taille de la mire en ce sens.

On peut aussi préférer se baser sur la distance moyenne à laquelle on utilise le plus souvent l'objectif...

En résumé:

- Quelles que soient la focale et la distance utilisées, les éléments qui composent la mire doivent apparaître de taille suffisante dans le viseur pour que l'AF accroche correctement.

- Quelle que soit la focale éviter de descendre plus bas que 1,5m


  Il est à noter que ce qui nous intéresse ici est uniquement le centre de l'image, là où se fait la mise au point, mais un bon parallélisme** de l'appareil avec la mire est quand même important pour la fiabilité de la mise au point.

  Si l'appareil n'est pas parallèle à la mire le réglage sera moins précis et moins facile car il y aura plusieurs distances de mise au point possibles dans la zone englobée par le capteur.

 

* D800-D810-D4/menu a4 - D3-D300-D700/menu a5.

Pour les appareils ne possédant pas le bouton AF-ON on peut attribuer cette fonction au bouton AE-L/AF-L: D600-D610-D750/menu f4, D7000/menu f5.


** Par exemple:

1/ Placez l'appareil de niveau grâce à l'outil niveau du LV.

2/ Mesurez le centre de la mire au sol et placer le centre de l'objectif à la même hauteur.

3/ Mesurez la distance entre le centre de la mire et un mur latéral par exemple, puis placez l'appareil pour que le centre de l'objectif soit à la même distance du mur tout en cadrant le centre de la mire.

Ou

Après avoir effectué les points 1 et 2:

Placez au centre de la mire un petit miroir (bien plaqué au mur!) et placez l'appareil de manière à voir dans le viseur l'objectif de l'appareil dans le miroir.

Principe du test

 

On va se servir du témoin AF présent dans le viseur pour valider le bon réglage.

En effet lorsque l'on fait une mise au point manuelle à l'aide de ce témoin vous pourrez remarquer qu'à partir de son allumage il est possible de modifier très légèrement la mise au point manuelle dans un sens ou dans l'autre sans affecter l'allumage du témoin (ceci est plus difficile à voir avec certains objectifs à la bague de mise au point peu progressive). Cette plage "morte" correspond (plus ou moins) à la plage de réglages présente dans le menu "réglage précis de l'AF".

La procédure du test consiste donc à détecter, à partir d'une mise au point parfaite réalisée manuellement en LV, les 2 réglages provoquant le début d'allumage du témoin (clignotement) dans un sens et dans l'autre (les flèches de part et d'autre du témoin indiquent le sens). Ainsi il sera possible d'en déduire la position centrale réelle correspondant au meilleur réglage.

 

Mesure

 

- Ouvrez le diaphragme au maximum.

- Activez le mode Live View. (Avec les D700/D300 il faut sélectionner le mode "pied" dans LV du menu prise de vue)*.

- Mode loupe de l'écran au maxi, réalisez une mise au point manuelle soignée.

 

- Désactivez le LV.

- À partir de là on ne touche plus à la mise au point!

- Vérifiez que le menu réglage précis de l'AF est activé mais réglé à 0 et observez l'indicateur AF dans le viseur lorsque le déclencheur est maintenu à mi-course, n'utilisez pas le bouton AF-ON (ou AE-L/AF-L) pour cela sinon la mise au point serait modifiée).

N'oubliez pas de valider par "OK" chaque fois que vous changez un réglage.

 

 

Si l'indicateur AF est fixe

A/Appliquez par paliers de 5 pas des corrections (n'oubliez pas de valider par "OK" chaque fois que vous changez un réglage) dans le menu AF jusqu'à ce que l'indicateur commence à clignoter.

B/ Revenez ensuite pas à pas en arrière jusqu'à la première valeur de réglage permettant l'absence de clignotement et notez la valeur de la correction correspondante.

C/ Continuez dans le même sens qu'en B par paliers de 5 pas jusqu'à ce que l'indicateur recommence à clignoter. Ensuite revenez pas à pas en arrière jusqu'à l'absence de clignotement et notez la nouvelle valeur.

D/Comptez le nombre de pas de correction entre la première valeur et la seconde. La bonne valeur de correction se trouve exactement entre les deux...

 

Si l'indicateur clignote

 

A/Appliquez par paliers de 5 pas des corrections dans un sens ou dans un autre dans le menu AF jusqu'à l'absence de clignotement ( n'oubliez pas de valider chaque réglage par un appui sur "OK).

B/ Revenez ensuite pas à pas en sens opposé jusqu'au premier réglage permettant le clignotement et notez la valeur de la correction correspondante.

C/ Repartez dans le sens opposé par paliers de 5 pas jusqu'à ce que l'indicateur recommence à clignoter. Ensuite revenez pas à pas en arrière jusqu'à l'absence de clignotement et notez la nouvelle valeur.

D/Comptez le nombre de pas de correction entre la première valeur et la seconde. La bonne valeur de correction se trouve exactement entre les deux...

 

 

  Si, par exemple, la première mesure nous donne +11 et la seconde -5 la bonne correction sera donc de +3 (de +11 à -5 =16 pas/2 =8 donc -5 + 8 pas =+3 (ou +11-8 pas= +3). Si les mesures étaient inverses (+5 et -11) la bonne correction serait -3. Si les mesures étaient +8 et -8 la valeur à appliquer serait donc 0.

 

 

 

Cas particuliers:

  Avec un ensemble avec doubleur de focale dont l'ouverture résultante serait de f/11, le réglage sera peu fiable du fait de la plus grande profondeur de champ.

 

*Avec les appareils plus récents Nikon semble avoir modifié le réglage de la diode de confirmation de l'AF, ce qui facilite ce réglage, il se peut donc qu'avec la génération D300/700/D3 et certaines optiques on ne puisse obtenir le clignotement que dans un sens, dans l'autre il reste fixe même à 20. Il est donc impossible de déterminer un réglage précis. On ne peut que l'estimer.

Par exemple si en partant de - 20 on a obtenu le premier allumage de la diode à -2 et qu'elle est toujours fixe à +20 le clignotement se situerait sans doute entre +21 et +25 environ. On peut alors estimer le nombre de pas entre 23 et 27, le bon réglage est donc situé entre +9 et +11.

 

En LV on ne peut réaliser une bonne MAP AF ou manuelle diaphragme fermé. Pensez donc à ouvrir le diaphragme avant d'activer le mode LV.

Attention: Avec les appareils de la série D600,610,300,700, si vous essayez d'ouvrir le diaphragme après avoir activé le mode LV, la nouvelle valeur s'affichera à l'écran mais en fait le diaphragme restera fermé. En revanche le D810/D810 permettent l'accès réel au diaphragme en permanence.

 

 

 

 

Méthode 2

Mise à jour le 25/07/2014

 

je vous présente cette autre procédure sortant des sentiers battus et que je trouve facile et surtout très rapide mais elle est un peu moins précise que la précédente et la suivante.

Attention: elle ne fonctionne pas avec tous les objectifs, il est difficile de le savoir avant de l'essayer).

Je proposerai aussi plus avant une méthode classique pour toutes les focales.

 

Pour vérifier si cette méthode est applicable à l'objectif testé:

 

- Appareil sur trépied (impératif), visez un sujet bien contrastée et bien éclairé et situé à 20 fois la focale de l'objectif.

- Déréglez la mise au point puis, en mode AF-S, appliquez plusieurs pressions successives à mi-course sur le déclencheur jusqu'à ce que le moteur AF ne se fasse plus entendre (signe que la map est alors parfaitement finalisée), puis ne touchez plus au déclencheur ni à l'objectif.

- Dans le menu configuration/réglage fin de l'AF, appliquez une forte correction (+15 par exemple) et validez par "OK".

- Tout en observant l'indicateur de distance sur l'objectif refaites une pression à mi-course sur le déclencheur pour réaliser une nouvelle mesure AF.

Si l'échelle de distance se déplace, la méthode qui suit est adaptée à votre objectif. Sinon utilisez la méthode précédente ou la suivante

 

 


Préparation

 

 

- Placer l'appareil sur trépied et système VR désactivé.

- Utiliser le mode AF-S.

- Objectif à Pleine Ouverture (ou 1 diaph après la PO pour les objectifs très lumineux). Important!

- Utiliser une mire plane composée d'un journal quotidien (car papier mat) que l'on fixe sur un mur et on centre la visée sur une partie comportant une bonne diversité de tailles de caractères.

- Veiller à bien éclairer la mire en lumière du jour pour une mesure AF la plus sûre possible. Ce point est capital*

  La distance à respecter entre l'appareil et la mire est liée à la focale de l'objectif. On peut se baser sur 20 fois la focale, soit 1m pour un 50mm par exemple.

  Dans cette méthode, contrairement aux tests comparant des images, cette distance est surtout importante pour l'utilisation de la plage la plus démultipliée de la fenêtre de distances des objectifs.

Il est à noter que ce qui nous intéresse ici est uniquement le centre de l'image, là où se fait la mise au point, mais un bon parallélisme de l'appareil avec la mire est quand même important pour la fiabilité et répétitivité des mises au point.

Il y a plusieurs méthodes pour positionner l'appareil, par exemple:

- Placer grossièrement l'appareil bien en face de la cible et à la même hauteur. puis mettre l'appareil de niveau avec le niveau interne de l'appareil si disponible ou avec un autre niveau.

Mesurer le centre de la cible par rapport au sol puis positionner l'appareil de manière à ce que le centre de la lentille avant soit à la même hauteur que le centre de la cible.

Mesurer la distance entre le centre de la cible et un mur à droite ou à gauche et vérifier que le centre de l'objectif se trouve à la même distance du mur.

 

- Une autre méthode rapide et très efficace consiste à placer un petit miroir bien à plat sur la cible (on peut se faire aider pour cette opération) et positionner l'appareil de manière à voir l'objectif dans le miroir exactement au centre du viseur, le bon alignement sera alors assuré dans tous les sens.

 

Ces précautions simples assureront des résultats de qualité.

* En effet on constate facilement que l'AF, même s'il fonctionne en très basse lumière et/ou faible contraste, n'est plus aussi fiable, ce qui se traduit par des écarts plus importants entre plusieurs mesures sur un même sujet. Il est donc important de réaliser les test et réglages sur des sujets ne présentant aucune difficulté: bon contraste et très bonne lumière du jour.


Principe

 

  On va comparer la mesure réalisée en LV prise comme référence avec la mesure AF standard (détection de phase). L'outil de comparaison sera la fenêtre d'affichage des distances de l'objectif. Même si la mise au point LV n'est pas plus précise/fiable que la mise au point classique par détection de phase, elle a l'avantage d'être indépendante de trois des causes possibles de décalages en AF détection de phase: mauvais réglage du miroir de renvoi et/ou du module AF et/ou mauvais calage de l'objectif.

 

 

Rappel important:

En Live View la mesure AF n'est précise et fiable qu'à pleine ouverture ou 1 diaphragme après la pleine ouverture pour les objectifs très lumineux (1,8 ou mieux) et sur un sujet assez contrasté et bien éclairé. Sinon elle peut fonctionner mais sera moins fiable.

 

 

Procédure

 

1/ On réalise une mise au point Live View, carré de mesure au centre de l'écran, jusqu'à l'allumage en vert du cadre de mise au point (inutile de déclencher). L'index de la fenêtre de l'objectif indique maintenant la distance de mise au point.

2/ On désactive alors le LV.

3/ En observant la fenêtre de distance on appuie alors à mi-course sur le déclencheur, ce qui lance une mesure AF classique.

- Si l'affichage de la fenêtre de distance ne change pas le réglage de l'AF est correct.

- Si l'affichage se modifie dans un sens ou un autre, c'est que l'AF par détection de phase est décalé. Par précaution on peut refaire la manip depuis l'étape 1 pour confirmer.

4/ Dans ce dernier cas on peut alors activer le menu de réglage fin de l'AF dans le menu Configuration et appliquer une correction vers + si le décalage s'est fait vers les distances plus faibles ou vers - dans le cas contraire.

5/ Une fois la correction appliquée vérifier sa pertinence en reprenant la procédure depuis l'étape 1. Si la correction est correcte l'index de distance ne doit plus bouger entre les deux mesures.

 

Remarque: les corrections les plus courantes rencontrées se situent entre 2 et 5 points pour les focales courtes et moyennes et 5 à 20 pour les longues focales et les objectifs AFD.

Ces valeurs de correction se traduisent par des effets pratiques modestes dans des formats de tirages courants mais sensibles en visualisation 100% à l'écran.

 

 

 


Méthode classique

 

  Mise à jour le 10/01/17

 

  On modifie la vitesse de manière à exposer correctement (bargraph). Éventuellement légèrement surexposer si la mire est très claire.

On commence donc par réaliser une PDV avec correction de +5, et une PDV avec correction -5, en n'oubliant pas de dérégler légèrement la mise au point vers les courtes distances entre chaque prise de vue. Pour les focales de plus de 100mm utiliser +10 et - 10). Puis on les compare à 100% à l'écran de l'ordinateur.

 

  Examen des images


  Si les deux images à -5 et +5 (ou +10 et -10) sont identiques, l’ensemble appareil /objectif sera donc logiquement parfait réglé à 0. Si l'une des deux images est plus nette c'est qu'il y a un problème de décalage de mise au point.  Si, par exemple, l'image à +5 n'est que très légèrement meilleure que celle à -5 le bon réglage est alors vers le + mais plus proche de 0 que de +5... Et comme il est vain de chercher une précision meilleure que 2 points, ce sera +2.  Si l'écart est plus marqué vers le + on refera un essai en décalant et resserrant légèrement les valeurs de test (0 et +8 dans ce cas) et on effectuera les mêmes comparaisons. Normalement en 2 ou 3 tests au maximum on aura certainement trouvé le réglage optimal.


  Une fois le bon réglage effectué, l’appareil gardera en mémoire la correction affichée, le modèle d’objectif correspondant, et le reconnaîtra et appliquera la correction lorsque vous le monterez sur l’appareil. Les Nikon peuvent mémoriser les réglages de 12 objectifs différents ou plus selon modèle (mais l’appareil ne fera pas la différence entre deux objectifs identiques, la distinction ne se faisant que par les valeurs de focale et d’ouverture).

 

  Le gros avantage de cette méthode c'est qu'elle ne présente pas les difficultés de positionnement et de lecture des systèmes de mires en biais par exemple (la profondeur de champ rend l’appréciation moins facile). De plus, l'œil humain étant un très bon comparateur, lorsque l'on met deux images agrandies côte à côte à l'écran, l'exercice est facile.

 

 

 

Utilisation d'une mire spécialisée (règle graduée à 45° ou moins)

 

  Dans ce cas veiller à placer l'appareil exactement à la même hauteur que le 0 de la règle graduée et bien parallèlement à la cible. Suivre la même procédure que dans la méthode précédente.

 

Nouveau système automatisé du D500

 

Nikon a introduit ce système pour faciliter le réglage précis de l'AF.

Son principe consiste à comparer le réglage fait avec l'AF live View (par détection du contraste) avec l'AF phase classique.
L'AF par détection du contraste a, en théorie, plusieurs avantages:

- Il est plus sensible en basses lumières et faible contraste

- Il est indépendant de la précision mécanique de l'objectif et du calage correct du capteur AF de l'appareil puisque la mesure se fait directement par le capteur image de l'appareil.

Malheureusement dans la pratique on peut vérifier que la précision n'est pas absolue, donc seule une mise au point manuelle en LV permet de fiabiliser les résultats.

 

Donc dans ce nouveau système on va d'abord, appareil sur trépied et capteur AF central seul, faire une mesure AF en mode Live View à pleine ouverture. Une fois réalisée, l'objectif est alors considéré comme étant réglé à la mise au point parfaite pour ce sujet*.

Puis en appuyant simultanément sur le bouton vidéo et le bouton central de la commande AF, après quelques secondes et sans changer le réglage de l'objectif, l'appareil va faire rapidement une mesure par le capteur AF phase de l'appareil (battement du miroir). Si cette dernière mesure semble nécessiter une correction du réglage actuel de l'objectif c'est que l'AF phase est mal calibré pour cet objectif. Le calculateur va donc enregistrer la correction nécessaire pour obtenir une map identique à l'AF Lv.

 

Si après validation par OK le message d'erreur "echec du réglage précis de l'AF" apparaît c'est que

- soit l'appareil a bougé entre les deux mesures,

- soit que la correction nécessaire est supérieure à la plage de réglage disponible (rare).

- soit que la mire utilisée n'est pas assez contrastée et/ou aux caractères trop fins, ou non plane ou pas parfaitement parallèle à l'appareil.

 

 

Préparation:

Il est nécessaire comme toujours dans ce type de réglage de respecter certaines règles:

- Appareil sur pied stable.

- VR désélectionné.

- Objectif à pleine ouverture.

- Mire constituée d'un journal plaqué sur un mur (éviter absolument les objets en 3D)et appareil parfaitement parrallèle au mur.

- Mire bien éclairée et plus large que le capteur AF

- Mode AF : AF-S, capteur central sélectionné.

 

- Très important: Sélectionnez bien le capteur AF central en LV comme en mode normal, sinon vous aurez le message d'erreur "la configuration actuelle de l'appareil blablabla..." en fin de test.

Si vous n'avez pas modifié ce paramètre, le bouton central du "pad" est réglé par défaut pour replacer le capteur AF au centre de la visée simultanément en AF phase et LV. Je vous conseille donc d'utiliser cette fonction très commode

 

Mesure:

1/ Activez le Lv.

2/ Loupe activée au maximum, réalisez soigneusement une mise au point manuelle.

3/ Appuyez simultanément sur le bouton central de sélection de l'AF et le bouton de déclenchement de la vidéo jusqu'à apparition d'un message de confirmation de la mesure.

4/ Validez en appuyant délicatement sur OK pour éviter le bougé de l'appareil

5/ Accepter le réglage de correction par OK

 

Vous pouvez alors vérifier le réglage appliqué par l'automatisme dans le menu de réglage fin de l'AF.

 

 

*Si les écarts de corrections obtenus sont très différents entre plusieurs mesures successives sans refaire la map, les paramètre pouvant conduire à ces résultats constamment variables,sont:

- Appareil non parallèle à la mire, ou mire non plane

- Une mise au point manuelle pas assez précise

- Une mire plus petite que la zone couverte par le capteur AF

- Avec les longues focales, les perturbations atmosphériques. (voir explications plus haut dans cette page).

C'est facile à vérifier en LV et loupe au maxi: après avoir fait la map et laissé l'appareil se stabiliser sans le toucher, vérifiez qu'il n'y a strictement aucune fluctuation dans l'image. Si vous en constatez le réglage sera impossible dans ces conditions, essayez alors avec un sujet nettement plus proche et/ou en intérieur.

 

Fin de la procédure

 

 

 

Autres éléments pouvant affecter la mise au point AF

 

 

Décalage entre capteurs AF gauche et droit

 

  Certains utilisateurs se sont plaints de décalages importants entre la mise au point réalisée avec le capteur extrême Gauche et extrême Droit. Ceci est possible... et relève alors du SAV, mais pas toujours:

  Imaginons que je teste les capteurs extrêmes de mon appareil sur une mire plane et que j'obtienne ce type de résultat:

 

 

 

  À gauche mise au point avec capteur AF gauche, centre, et capteur AF droit.

 

Je pourrais en déduire que mon capteur AF droit est mal réglé. Pourtant un point devrait attirer mon attention: l'image de gauche est tout de même un peu moins nette que l'image du centre...

  Le problème, dans le cas de l'optique testée, ne vient pas du capteur AF, mais de l'objectif. En effet, et surtout à pleine ouverture:

1/ Tous les objectifs sont moins nets dès que l'on s'éloigne du centre.

2/ Les objectifs peuvent être affectés d'un décentrement lors de la fabrication, dès lors la perte de netteté en s'éloignant du centre n'est plus symétrique et donc plus marquée d'un coté que de l'autre.

 

  Avec une mire plane (journal plaqué au mur) on peut réaliser ce contrôle à condition d'être sûr que l'appareil est parfaitement parallèle au mur* . Mise au point faite au centre, si le centre est parfaitement net mais un des cotés de l'image moins net que l'autre, il s'agit d'un décentrement de l'objectif et non un problème de capteur AF.

 

 

Ceci pour bien détecter deux problèmes bien différents et éviter des aller retour de l'appareil au SAV qui ne serviraient à rien dans ce cas.

 

* On peut par exemple placer un petit miroir bien plaqué sur la mire (scotch double face ou assistant) et placer l'appareil de manière à voir dans le viseur l'objectif de l'appareil dans le miroir.

 

 

Encrassement des miroirs

 

  Avec un appareil qui a déjà bien vécu et quelques fois en conditions d'humidité et de poussières, ou si vous remarquez que l'AF patine ou hésite plus qu'avant, il n'est pas inutile de vérifier l'état de propreté du miroir secondaire. En effet si de la poussière et une fine couche grasse s'est déposée le travail de l'AF sera plus difficile. On peut facilement vérifier son état en soulevant délicatement et partiellement le miroir principal par sa tranche du bout de l’index pour ne pas le toucher. Ceci permet de visualiser le miroir secondaire. Je conseille l'utilisation d'une lampe frontale qui permettra d'éclairer fortement et latéralement le miroir de manière à bien mettre en évidence la surface et les poussières sans avoir besoin d'une troisième main...

  Si vous détectez de la poussière et si l'appareil a déjà pas mal d'images à son compteur il y a des chances qu'il y ait aussi un peu de gras. Son nettoyage est assez facile mais nécessite tout de même de la délicatesse et une certaine habileté manuelle. Donc en cas de doute confier l'appareil au SAV.


  Si vous vous sentez capable voila une méthode:

  Avec une pince à épiler ou des brucelles créez une poupée de tissu en pinçant et enroulant un tissu microfibres autour de la pince de manière à ce que le tissu dépasse d'environ 5 à 6 mm le bout de la pince et que l'extrémité soit assez pointue de manière à pouvoir se glisser facilement jusqu'au fond du miroir secondaire.

 

 

  Dans l'image ci-contre j'ai appuyé sur l’extrémité de la poupée de microfibres pour montrer la partie libre du tissu qui sera seule en contact avec le miroir.

  Après avoir passé un coup de poire soufflante sur l'ensemble de la chambre et sur les miroirs afin d'éliminer les poussières présentes (voir la page consacrée au nettoyage capteur), soulevez délicatement le miroir principal par sa tranche pour découvrir le miroir secondaire puis envoyez de la buée sur ce miroir (comme vous le feriez pour nettoyer des lunettes) puis passez délicatement l’extrémité de la poupée sur toute la surface du petit miroir par passes latérales successives de haut en bas.

Le plus délicat dans cette opération est qu'il faut maintenir fermement le miroir principal dans une position intermédiaire de manière à pouvoir accéder au secondaire.

Normalement un seul passage suffit. Vous pouvez terminer par un coup de soufflette.

 

 

L’aberration de sphéricité

 

  Il s’agit d’une aberration dont est affectée la grande majorité des optiques (à des degrés divers selon focale, formule optique et gamme pro ou amateur).
Les rayons lumineux provenant des bords du groupe optique avant ne se focalisent pas dans le même plan que ceux provenant de la partie centrale.

  Comme la zone de mesure des capteurs AF se trouve dans la partie moyenne de la lentille avant (correspondant au diaphragme f:5,6), la mise au point se fera sur ces rayons (F2). Mais si l’on utilise la pleine ouverture à la prise de vue, l’image comportera les rayons venant de toute la surface de la lentille donc comportant une infinité de plans de mise au point, rien ne sera très piqué, plus l’on diaphragmera plus les rayons lumineux venant des bords seront éliminés et ne seront enregistrés dans l’image que les rayons venant du centre (F3 et plus), et le point de mise au point apparent résultant se décalera progressivement comme vous pourrez le voir dans l’image suivante.

 

  Exemple pratique de ce phénomène, image ci-dessous: A gauche image prise à pleine ouverture (18/70), le point exact où a été faite la mise au point est noté par la flèche rouge. A droite on a conservé la même mise au point mais on a diaphragmé l’objectif. La profondeur de champ augmente certes aussi avec le diaphragme, mais on peut remarquer que le point de mise au point se décale de plus d’un cm....(on voit la légère perte de netteté entre les chiffres 15 et 16 alors que la PDC aurait du l'améliorer aussi). C’est l’aberration de sphéricité qui en est la cause. On nomme ce phénomène "focus shift" ou glissement de la mise au point en fonction du diaphragme.

  Ceci pour montrer que la correction AF proposée par les constructeurs dans les nouveaux boîtiers est là pour corriger des dérives flagrantes d’une optique par rapport aux normes constructeur, et ne peut modifier les limites de précision du système AF et encore moins les irrégularités causées part les aberrations optiques.

 

 

 

Autre cas particulier de problème de mise au point

 

 

Si, en portrait serré, on fait la map sur un œil du sujet (appareil noir) mais qu’avant de déclencher on décadre volontairement le sujet dans l’image, le point net sera décalé en avant du sujet par le mouvement angulaire du décadrage qui éloigne l’appareil de la zone mise au point! Il est alors plus sûr d’utiliser un des capteurs latéraux pour ne pas avoir à modifier ensuite le cadrage, ce qui évitera (ou limitera) la modification de mise au point.

 

 

Astuces:

 

  Si l’on doit faire de longues séries d’images dans de mêmes conditions, il peut être plus commode d’affecter la mise au point AF au bouton “AF ON” seul (menu autofocus “activation AF" ou personnalisation d'un bouton programmable pour les appareils ne disposant pas de cette commande directe.). Ce qui permet de bien séparer mise au point et déclenchement et augmente sécurité et confort.

  Dans le cas d’un sujet important en taille et moins proche (groupes de personnes par ex) le mode AF C (continu) et l’utilisation du mode AF à choix de capteurs auto est à conseiller car le cadrage est moins critique et la mise au point sera corrigée en permanence jusqu’au déclenchement.

 

Si cette page vous a intéressé n'hésitez pas à la recommander en cliquant sur le +1