Amélioration de la dynamique

Qu'est ce que la plage dynamique?

 

C'est l’écart de luminosité maximal enregistrable sur la même image, de la plus basse à la plus haute lumière (contraste maximal).
Les capteurs ,CCD ou CMOS, ont des capacités plus faibles que les films négatifs argentiques dans ce domaine
De là la difficulté d'enregistrer correctement des scènes présentant de forts écarts d’éclairement.


Remarque. Ne pas confondre l'étendue de la plage dynamique dont nous parlons ici avec la “résolution de la plage dynamique” qui est la finesse de reproduction des niveaux de luminosité situés entre le noir total et le blanc total (La finesse des valeurs de tons disponibles caractérisés par le nombre de bits utilisés par le processeur de l'appareil).

 

Il y a plusieurs possibilités pour pallier à ce problème:


Que l'on travaille en jpg ou en RAW


La méthode de base sera d'exposer l'image à la limite de la surexposition des hautes lumières, ce qui permet d'être sûr d'exploiter au mieux la dynamique du capteur.
On peut s'aider pour cela des indicateurs de sur-exposition disponibles dans les Nikon numériques (les zones sur-exposées clignotantes ou les histogrammes) voir ici

pour les perfectionnistes ou ceux qui n’ont pas peur du post traitement une autre solution, dans les cas extrêmes, est de faire deux expositions en bracketing, l'une en sous exposition ( -2IL par ex) et l'autre normale, puis d'assembler ensuite les images (une méthode ici).

Attention: utiliser un trépied pour éviter trop de travail pour aligner les images.
 
La méthode en bracketing est la plus contraignante, mais c'est celle qui permet de gagner le plus en dynamique (2IL et + ).

 

 Si on travaille en RAW

 

et que l'on possède Capture NX 2 ou Photoshop CS ou un autre logiciel de dématriçage, on s'attachera à réaliser les prises de vues en légère sur-exposition (+0,3IL max), soit quelques zones clignotantes très limitées à l'écran.
La valeur acceptable de sur exposition est liée à la colorimétrie de la zone sur-exposée
Si la zone est blanche ou grise (comme des nuages ou une robe de mariée par ex) on peut sur exposer assez franchement et rattraper facilement 1IL de sur exposition.
Mais si la zone est colorée il ne pas dépasser 0,3 IL (c'est à dire un léger "frémissement" du clignotement de zone sur ex).


Ensuite deux méthodes sont possibles:

 

1/ Dans capture NX2 ou dans Camera RAW, on sous expose la vue originale jusqu'à retrouver des détails dans les hautes lumières brûlées. (on peut aller raisonnablement jusqu'à - 1IL sur des zones non colorées).

2/ On utilise ensuite la fonction D-Lighting (ou basses lumières dans “correction rapide” de NX2) pour éclaircir les basses lumières et retrouver leur valeur originale d’avant la correction en sous exposition. Il sera ensuite nécessaire de retoucher les réglages de contraste et/ou de saturation.
On pourra aussi utiliser la fonction "tons clairs tons foncés" dans Photshop en éclaircissant les basses lumières pour retrouver les valeurs originales. Ne pas oublier de corriger le contraste des valeurs moyennes dans ce réglage.


Image démo

 

 

Images RAW originale dont les hautes lumières sont brûlées (Ciel sans détails)

 

 

 

La même image sous exposée de 1,5 IL dans Caméra RAW ou Capture NX

On retrouve du détail dans le ciel, mais bien sûr le reste de l'image s'assombrit.

 

 

 

 

Utilisation de la fonction basses lumières de NX2 (ou "tons clairs tons foncés" dans PS CS pour éclaircir les basses lumières et +15 pour les contrastes valeurs moyennes).

On pourrait aussi utiliser la fonction D-lighting de capture NX2

Et on retrouve à la fois des basses lumières comme l’original mais des hautes lumières plus détaillées.

 

 

Avantage de la méthode: simplicité. une seule image prise, aspect naturel

bracketing