Système flash, suite

Retour au début de ce sujet

 

Multi-flash TTL

 

 

Commande d'un ou plusieurs flashes distants

 

  Le flash intégré peut servir de flash maître pour commander 2 groupes de flashes + le flash maître, qui pourront avoir chacun des réglages différents.

 

e3 contrôle du flash intégré

 

Dans ce menu 4 options, dont:

Mode contrôleur

Cette fonction permet le multi-flash TTL. (CLS)
Lorsque vous entrez dans le mode "contrôleur" un tableau de commande s'affiche
avec trois groupes de flashes visibles
flash intégré
Groupe A
Groupe B
Chacun de ces groupes dispose d'une possibilité de réglage en mode de travail: TTL, Manuel (M) ou désactivé (--)
et d'une possibilité de correction de puissance par 1/3 d'IL
  Chaque groupe peut concerner plusieurs flashes par ex 2 flashes dans le groupe A et 3 dans le groupe B. Chaque flash aura les mêmes réglages que son groupe.
  La possibilité de désactivation du flash contrôleur (intégré) empêche sa participation à l'éclairage mais conserve sa fonction de commande.
  Une ligne supplémentaire dans le menu contrôleur permet de changer le canal de commande des flashes (si on travaille à proximité d'un autre utilisateur du même mode).

NB: Le flash intégré ou le SB800/900 peuvent être "contrôleurs" (maîtres), le SB600 ne peut être qu’ "esclave". Il faut savoir que le flash intégré peut participer à l’éclairage ou ne servir que de contrôleur. Dans ce dernier cas il suffit de paramétrer son mode sur “--”

  On peut bien sûr aussi se servir d'un SB800/700/900 placé sur la griffe accessoire de l'appareil pour commander les flashes distants. Le SB600 ne pouvant être qu'esclave commandé par le flash interne .

 

Remarque: Dans certains cas rares, on pourra percevoir dans l'image un petit éclairage provenant du flash interne même s’il a été annulé. En effet il est nécessaire qu’il envoie un très faible éclair juste avant la fin de l’exposition afin de commander la fin de la phase d’éclairage aux autres flashes asservis. Cet éclair, de très faible puissance peut éventuellement se remarquer sur sujet très proche lors de l’utilisation d’un diaphragme très ouvert ou comme petit reflet dans les yeux d’un modèle ou un objet réfléchissant.

 

Si l’on désire totalement éliminer cette possibilité lors de l'usage du flash interne comme contrôleur, il faudra utiliser un petit accessoire, le SG-3IR qui se monte sur la griffe flash et ne laisse passer que la partie infra rouge de l’éclair de commande.(voir ci-dessous)

 

 

 

Mode SU-4

 

  En mode TTL le flash maître émet des pré éclair de mesure, et de commande pour les flashes esclaves. Si on veut éliminer ces pré éclair pour diverses raisons on peut alors configurer le flash maître en mode SU-4. Seuls les flashes SB800, 900 et 910 peuvent être maître avec cette fonction. Réglés en mode SU4, ces flashes passent de mode maître à esclave automatiquement selon qu'ils sont fixés sur la griffe de l'appareil ou pas.

  En mode SU-4 le SB700 ne peut être qu'esclave. Dans ce mode le flash maître (SB800,900,910) peut travailler dans tous les modes affichables.

Dans ce mode le flash esclave peut travailler en mode:

- "A" (ou Auto). le flash esclave se synchronise en déclenchement et arrêt de l'éclair sur le flash maître. L'appareil détermine la durée des éclairs pour une bonne exposition.

- "M". Le flash travaille alors en manuel. Le flash esclave fait partir son éclair dès la réception de l'éclair du flash maître, sa puissance est celle affichée sur son écran de réglage.

  En mode "A" la distance maxi entre maître et esclave est de 7m. (En effet le flash esclave doit pouvoir détecter l'extinction du flash maître pour s'y conformer).

  En mode "M" le flash esclave n'est pas contrôlé en puissance, seulement en déclenchement, donc la portée est plus importante (30 à 40 m si la cellule du flash esclave est en vue directe du flash maître).

 

Ce mode de fonctionnement est très réactif car il n'y a pas d'éclairs de mesure, il est donc adapté à la prise de vue de sujets rapides et en rafale. Ce mode convient bien à la photographie d'oiseaux en vol (au décollage ou l'atterrissage) par exemple, avec plusieurs flashes esclaves en mode M et diviseur de puissance ce qui permet des vitesses d'éclairs très rapides capables de figer le sujet. (jusqu'à 1/40.000e de seconde)

L'usage de radiodéclencheurs/récepteurs pourra être aussi un autre mode de commande de flashes multiples très utile.

 

Éviter les yeux fermés des modèles en mode flash ou multi-flash TTL

 

Ou comment mémoriser un réglage flash. Dans le menu "commandes", dans l'une des fonctions f2/3/4 du D7100, choisissez "mémorisation FV"
Puis, en visant le sujet, appuyer sur la touche de fonction fn située à l'avant de l'appareil (ou la touche choisie). Le flash envoie ses éclairs de mesure, et la mémorise. Maintenant vous pouvez déclencher autant de fois que souhaité, aucun éclair de mesure* ne sera plus émis et la puissance du flash sera celle qui a été fixée.
  Une fois la mesure mémorisée vous pouvez à loisir changer les paramètres de diaphragme ou de sensibilité, l'appareil en tiendra compte, ceci jusqu'à ce que vous annuliez la mémorisation par un nouvel appui sur la touche programmée. Vous pourrez après cette annulation reprendre une autre mesure de la même manière si vous changez de distance/sujet par ex.

* un éclair de fin de cycle sera émis mais en fin d'exposition seulement, il ne gênera pas le modèle


Astuce pour l’utilisation du flash en appoint de lumière en ambiance éclairage incandescent:

  Lorsqu’on utilise le flash dans ces conditions, même si l’on choisit une vitesse de synchro assez lente pour prendre en compte la lumière ambiante, les températures de couleur des deux sources étant très différentes, l’éclairage procuré par le flash sur les première plans sera très visible par une couleur plus froide (bleutée) que le fond. La solution élégante sera d’utiliser le filtre de conversion "lumière incandescente" (rouge orangé) fourni avec les SB800/900.
  On l’insère sur le réflecteur du flash et on règle l’appareil sur la balance “incandescent” et on tiendra compte de la réduction de portée provoquée par l’opacité du filtre (-1IL). (les SB 700/900, sont capables d’informer l’appareil de la présence du filtre et modifient automatiquement l’indication de portée sur l’afficheur du flash). Ainsi, les deux sources de lumières étant semblables, il sera quasi impossible de détecter l’utilisation du flash dans les images produites.

 

Flashes cobra utilisés comme flashes de studio

 

  Il est possible d'utiliser ces flashes de reportage dans un mode studio en les équipant d'accessoires de type parapluie qui permet de faire réfléchir l'éclair par une surface bien plus grande que le réflecteur du flash. La surface éclairante d'un flash cobra est très petite, c'est presque une source ponctuelle qui éclaire le sujet. Dans ces conditions elle est très directive et procure des ombres marquées et dures. Plus la surface éclairante est importante plus la lumière arrive vers le sujet sous des angles différents et donc crée moins d'ombres, et plus ces ombres sont douces. À l'inverse plus on éloigne la source de lumière du sujet plus son angle d'éclairage du sujet se rétrécit.

  C'est pour cette raison que les studios professionnels sont équipés de boîtes à lumières énormes qui permettent un éclairage très doux et harmonieusement réparti.

 

De nombreux distributeurs fournissent des accessoires d'adaptation pour flashes cobra.

Ici par exemple un kit parapluie de chez miss numérique.

Il existe quantité d'autres accessoires permettant d'équiper le flash cobra pour créer des sources différentes comme le bol beauté par exemple qui permet une lumière plus ou moins dure en fonction de son diamètre. Utilisé de face cette accessoire est adapté à la photo de mode et accentue l'impression de netteté (acutance).

 

Un exemple de fabrication bricolée

un autre

ou

et un très beau et semble t il efficace

 

Chacun pourra s'inspirer de ces réalisations et adapter en fonction de ses désirs et matériel disponible...

 

  On pourra contrôler les flashes distants par le flash interne du boîtier (Les flashes seront réglés en mode manuel de manière à doser chaque flash en fraction de puissance).


Utilisation des flashes de studio avec les reflex numériques

 

  Les appareils 24/36 ou aps c numériques ont souvent une sensibilité minimale de 200iso. Les flashes de studio étant très puissants il faut les utiliser souvent à leur réglage minimum, quelquefois encore trop important si l’on veut utiliser des diaphragme très ouverts... La seule solution est alors d’utiliser un filtre gris neutre sur l’appareil qui permettra de diminuer la puissance des éclairs.

 

Remarque importante:

  Un phénomène inconnu avec les appareils moyens formats utilisés en studio (50 iso en général) apparaît avec les reflex numériques: selon exposition une dominante rouge plus ou moins prononcée dans les images. Cela est dû aux lampes pilotes de ces flashes qui sont des lampes à incandescence, donc de température de couleur très chaude.
En effet à 200 iso et même au 1/250e cette lumière est suffisante pour être enregistrée en même temps que celle du flash et créer une dominante indésirable.

 

Voici d’ailleurs le résultat:

Les 3 images sont prises au D700 à 200 iso, 1/250e f5,6, balance des blancs “flash”

À gauche, flash sans lampe pilote
Au centre, idem avec lampe pilote
À droite, flash non déclenché.

 

dominante lampe

 

  On voit bien dans l’image de droite que même au 250e à f5,6 la lampe pilote suffit à impressionner le capteur. Ce qui explique la dominante rouge dans l’image du centre.

 

La plus forte importance de cette dominante en 24/36 a deux raisons:

1/la sensibilité plus élevée des capteurs. En effet à 50 iso (cas des moyens formats numériques) l’écart est déjà de 2 diaphragme (IL) versus 200 iso.


2/ Le diaphragme utilisé. Et comme le diaph de travail courant en MF/GF est plutôt 8/11 l’écart se creuse encore de 1 à 2 IL vs 24/36 200 iso...
Néanmoins il est fort probable qu’en MF et même à l’état de trace dans l’image, les pilotes doivent avoir un effet léger dans la colorimétrie , à partir de 250e à 11 (pour 50 iso) cela devient négligeable (mais pas nul).
Cela pourrait d’ailleurs être utilisé volontairement pour apporter une touche chaude au rendu de flashes trop froids!

 

Synchronisation D90 et Flash studio.

  Comme le D90 ne dispose pas d'une prise flash externe si on veut l'utiliser avec des flashes studio on aura la solution d'utiliser un accessoire qui se fixe sur la griffe flash de l'appareil équipé de cette prise synchro filaire (accessoire nikon AS 15, ou indépendant). Ou pour un usage plus commode d'un déclencheur infra rouge ou radio chez tous le revendeurs photo internet distribuant des flashes studio.

 

Flash et surimpression

 

 

La fonction surimpression présente dans plusieurs boîtiers Nikon permet une utilisation amusante avec le flash. Pour les utilisateurs ne possédant qu'un seul flash en plus du flash intégré, il est possible de simuler un éclairage complexe (nécessitant normalement plusieurs sources).

 

  Il faut dans ce cas utiliser la fonction surimpression de l'appareil et la paramétrer pour le nombre de prises de vues, et l'assemblage et dosage auto des différentes poses on peut aussi doser manuellement). De même il faudra sélectionner un temps d'attente entre prise de vue (le temps de changer la position du flash). Ce temps (un peu court) peut être allongé par action sur le temps d'affichage des images à l'écran. Dans cette image on a utilisé 3 éclairs de flash dont deux colorés avec un seul SB800.

 

Cas particulier de l'usage du flash et sensibilité automatique

 

(en lumière ambiante faible)

  Si l'appareil est réglé en iso auto et que l'on met le flash sous tension, la sensibilité de travail revient à la valeur de base programmée et ne tient plus compte de la lumière ambiante pour la sensibilité.(sauf D7000 et appareils de génération plus récente). Dès lors le mode sensibilité auto ne s'activera réellement que lorsque les pré-éclairs de mesure du flash lui indiqueront que sa puissance sera insuffisante (compte tenu du diaphragme affiché et de la distance du sujet). L'appareil sélectionnera alors la sensibilité nécessaire à une bonne exposition de l'éclairage du flash. (Ceci n'apparaîtra donc que dans les exifs de l'image prise, donc après la prise de vue effective.)

  On pourrait regretter que Nikon n'ait pas prévu une option permettant de choisir un mode de fonctionnement différent: l'activation du flash ne changerait pas le lien entre sensibilité auto et lumière ambiante. Le flash ne faisant qu'apporter le petit appoint nécessaire à une bonne homogénéité de l'éclairage. Mais il est vrai que la variété des éclairages ambiants est telle que souvent l'appareil pourrait sélectionner des sensibilités très élevées, inutilement, car il n'y aurait rien à gagner en cas de lumière ambiante extrêmement faible.

  La solution utilisable pour conserver la lumière ambiante bien visible tout en utilisant le flash consiste donc à choisir une sensibilité de travail fixe comme indiqué plus haut.(voir utilisation du flash en intérieur)

 

 

 

Flash stroboscopique

 

 Les SB800/900/910 permettent d'utiliser cette fonction bien particulière. Elle n'est pas très facile à maîtriser et a beaucoup de limitations pratiques. Le principe est simple en revanche: pendant le temps de l'ouverture de l'obturateur on envoie une série d'éclairs très rapprochés. Dans l'image finie les mouvements des sujets seront alors décomposée, ils apparaîtront comme des images multiples superposées figées dans chaque position par la brièveté des éclairs.

  Pour réussir ce type de prise de vues il faut comprendre que:

1/ le sujet doit être sur fond noir pour que l'ensemble des images ne forment pas un fouillis.

2/ La rafale d'éclair que l'on va envoyer n'est que la division de l'éclair que fournirait le flash dans une exposition normale. Donc chaque éclair sera forcément de plus faible puissance ce qui implique une portée limitée.

 

Méthode:

1/ Imaginons que nous voulions décomposer le mouvement d'un golfeur. La durée du swing (retour) est d'environ 1 seconde. Il faudra donc choisir cette durée d'obturation en manuel sur l'appareil.

2/On positionne le flash en mode RPT et on sélectionne le réglage de puissance par appui sur le bouton "SEL" du flash (SB800) et on règle avec +/- pour obtenir la distance du sujet affichée sur le flash.

  On souhaite avoir dix positions du joueur pendant son swing de 1 seconde on va donc afficher 10 pour le nombre d'images et 10 Hz pour la fréquence (= 10 éclairs par seconde). Si on n'arrive pas à obtenir la distance voulue il faudra alors modifier le diaphragme et/ou la sensibilité appareil.

 

  Il ne reste plus qu'à déclencher...dans le noir et sur un fond noir. Le plus facile est de procéder à ce genre d'image la nuit en extérieur avec un fond très lointain. pour avoir un sujet bien détaché sur un fond noir.

 

  On peut réaliser la même chose avec le flash intégré du D700 (menu perso bracketing flash e3) mais la puissance sera bien plus limitée.